Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

1 articles avec ny

L’homme fort de la Grèce n’a pas de cravate

Publié le par Edwige Després

Crédit :  AP Matteo Renzi offre une cravate à Alexis Tsipras

Crédit : AP Matteo Renzi offre une cravate à Alexis Tsipras

Le premier ministre grec ne porte pas de cravate. Alexis Tsipras ne se soumet pas, il contraste, se démarque... Oui mais est-il vraiment à l'aise et en toute circonstance ?

Décrit comme un homme charismatique, il a un style décontracté dans sa communication et surtout, il ne porte pas de cravate. Peu de temps après avoir été nommé premier ministre en Grèce le 26 janvier 2015, Alexis Tsipras a reçu une cravate en soie de son homologue italien, Matteo Renzi.

Le chef de file de la gauche radicale grecque a promis de la porter quand la crise de la dette de son pays serait résolue. Un code vestimentaire qu'il a par ailleurs justifié lors d'une conférence de presse, la veille du scrutin des législatives :

«Je porterai une cravate quand on aura obtenu une baisse de la dette » ajoutant «Je n'en ai pas mis quand j'ai rencontré le pape ».

Faut-il y voir le message d'un jeune leader qui ne veut pas se laisser passer la corde au cou ? Alexis Tsipras travaille sur son image et souhaite forger une nouvelle réputation à la Grèce. Une Grèce plus moderne, plus dynamique qui ne se laissera pas dicter son comportement. Il parle comme les jeunes avec un accent populiste, il faut dire que la jeunesse est l'un de ses thèmes favori, celui qui a vécu avec la génération « 700 euros » (le salaire minimum grec). Il veut hisser cette jeunesse troublée et enchainée à la crise de la dette grecque. Voila ce qui motive Alexis Tsipras, la jeunesse ; cette population perdue, élevée dans un système d'éducation chaotique et frappée par un niveau de chômage qui touche 70% des 18-25 ans. Mais malgré ses fortes croyances et ses discours socialistes Tsipras affiche un comportement opportuniste et passionné.

Les spécialistes du Myers Briggs Type Indicator MBTI qui utilisent un outil d'évaluation psychologique afin de déterminer le type psychologique d'un sujet, ont observé que le leader au col ouvert ne tient jamais en place sur un fauteuil, il gigote, ondule et parle avec les bras. Sa réthorique est très fortement contrôlée et ses discours sont conçus pour plaire et rassurer ses adversaires. Alexis Tsipas adopte des expressions mains ouvertes lorsqu'il parait à l'image mais dès que l'écran devient noir ses poings se ferment, ses bras se croisent.

Confronté à ce qu'il appelle une «catastrophe humanitaire» dans son pays, il éprouve selon l'étude de la honte envers la Grèce et ça le mine. Alors il adopte souvent une attitude très confiante mais range parfois ses pieds sous la chaise ce qui suggère un complexe d'insécurité, de tension et de frustrations rapporte les spécialistes du comportement.

Il vit dans un monde de possibilités où il voit toutes sortes de défis à surmonter et il veut triompher seul ; appartenir à l'histoire et s'assoir à la table du chef du monde.

Arrivé à New York en septembre le col ouvert, le cheveu soigné et le regard confiant, Alexis Tsipras a rencontré Barack Obama (lui aussi souvent sans cravate) pour obtenir un soutien en dehors de l'Europe.

« Nous cherchons à internationaliser cette question car nous ne voulons pas répéter les erreurs du passé » a t-il expliqué au journal Le Monde. Le leader grec n'a pas hésité à nommer la dette publique de « défi international ».

Alexis Tsipras avait choisi d'apparaitre sans cravate à la tribune de l'ONU le 27 septembre. Et si un accord avec les États-Unis permettait d'alléger la dette grecque, Alexis serait sans doute contraint de porter une cravate dans l'avenir pour satisfaire ses nouveaux créanciers.

Edwige Després

Publié dans Grèce, Psycho, Alexis Tsipras, UE, NY, ONU

Partager cet article

Repost0